• Etude de cas

07/07/2020

Gautier donne un coup d’accélérateur à sa stratégie digitale

Dramatiques pour les populations touchées, les crises provoquées par les épidémies sont aussi des vecteurs d’évolution pour la société. Poussés par nécessité ou envie d’acheter, les consommateurs ont fait la part belle au e-commerce et autres plateformes en ligne pendant ces semaines confinées. Précurseur dans son secteur, GAUTIER a profité de ce temps pour donner un coup d’accélérateur à sa stratégie.

 

Sommaire :

Le contexte du marché du meuble par temps de Covid19

3D et digital : une vision audacieuse pour grandir et rebondir

Un mode « start-up » qui fonctionne pour les meubles GAUTIER

 

Le contexte du marché du meuble par temps de Covid19

Aujourd’hui on parle de millennials mais ce ne sont pas les seuls à donner beaucoup d’importance au digital. La génération Z n’est pas en reste et on constate également un « essor des achats en ligne de la part de la génération X (1960-1979), qui pourrait garder ces habitudes à l’issue du confinement (Foxintelligence)”. Sans oublier les seniors puisque 7 baby-boomers sur 10 utilisent internet pour trouver de l’information avant d’acheter un produit (étude co-marketing).

Dans le numéro du mois de mai de L’Officiel des cuisinistes, Christophe Gazel (DG de l’IPEA) partageait son analyse du marché dans ce contexte : « Concernant le marché du meuble dans son ensemble, je remarque que la logique du phygital, c’est à dire la stratégie qui associe le web, les magasins et la logistique et qui est clamée haut et fort par les enseignes n’est pas du tout opérationnelle.  » Il ajoute ensuite : « La notion d’arbitrage va être prégnante, j’anticipe beaucoup de reports en 2021. Le rebond sera donc très fort. Ceux qui sauront déployer les bons outils pour qu’ils soient pleinement opérationnels rapidement, je pense notamment aux configurateurs en ligne, seront les gagnants. Mais d’ici là, le meuble ne sera pas la priorité des priorités pour les Français. »

Certains acteurs du secteur ont déjà investi dans le digital il y a plusieurs années et profitent de temps calmes pour donner un coup de cravache aux projets en cours. C’est le cas de David Soulard, Directeur général de GAUTIER, qui a accepté de répondre à quelques questions.

3D et digital : une vision audacieuse pour grandir et rebondir

Pour Gautier, made in France et digital s’allient pour une stratégie gagnante. David Soulard n’a pourtant pas attendu la crise sanitaire pour acheter ou se fournir « français ». Cela fait maintenant 60 ans que cette entreprise familiale produit des meubles en Vendée où elle emploie plus de 930 personnes.

Très attentifs aux modes de consommation et aux nouveautés, David Soulard et ses équipes ont amorcé le virage du digital il y a plusieurs années déjà.

« Notre site internet est sorti il y a 8 ans avec une perspective forte qui était un logiciel 3D à disposition des consommateurs. On l’appelait la partie projet digitalisé. Ça a été une première grosse étape. Plus de 50% des gens qui entrent dans les magasins sont déjà allés sur notre site internet trifouiller notre logiciel ». Forts de ce constat, ils ont voulu aller plus loin. « Le projet avec INSPI [ndlr précédemment Innersense] est né dans nos têtes il y a 3 ans. On se disait que notre logiciel n’allait pas assez loin et qu’on souhaitait avancer vers quelque chose de plus pérenne comme ce que propose HomeByMe avec INSPI. Donc là nous sommes sur la partie configurateur qui va beaucoup plus loin », précise David Soulard.

Photo David Soulard PDG GAUTIER

GAUTIER investit donc fort sur le digital et a donné un coup d’accélérateur certain pendant cette période confinée. Son Directeur général parle des magasins Gautier comme de “fervents défenseurs du phygital”. Il ajoute avoir “très vite senti que les gens étaient très agiles pour, de chez eux, préparer leur visite en magasin”. Satisfait d’avoir anticipé avec INSPI, il prévoit l’importance et l’ampleur que va prendre le digital particulièrement dans la période qui nous attend. « Demain ce sera certainement moins de visites en magasin, mais le magasin reste au cœur de notre préoccupation. La digitalisation c’est aussi le fait d’aller vers des magasins peut-être plus petits, qui permettraient d’exprimer encore mieux nos collections et notre savoir-faire. »

GAUTIER propose aujourd’hui une solution de vente full web (en déploiement) avec des produits configurables sur HomeByMe (Dassault Systèmes). Etant données les circonstances, le lancement officiel ne s’est pas tenu au salon du meuble de Milan mais se fera virtuellement.

Armoire - rangement marque GAUTIER
Meuble de rangement personnalisable GAUTIER

Un mode « start-up » qui fonctionne pour les meubles GAUTIER

Son agilité dans un secteur plutôt traditionnel, GAUTIER la doit aussi à l’état d’esprit de son équipe. David Soulard précise : « En fait nous avons fait pas mal de « vie ma vie ». On a souvent dit que GAUTIER était un genre de start-up dans la façon d’être. On expérimente tous, les weekends quand nous faisons nos propres achats, ou sur des choses que nous observons. Et puis moi je ne suis pas issu du meuble et il y a cette volonté de s’inspirer et rapporter des choses que l’on peut voir ailleurs. » Par « ailleurs », il parle en particulier du secteur de la mode et de son habilité à vendre sur internet. « Ils ont beaucoup de collections, ils ne vendent quand même pas trop mal sur internet, donc ça veut dire que la qualité des rendus des textures ou des couleurs est plutôt bonne. C’est aussi eux, ces grand-frères-là, qui nous tracent la route ».

Même s’il est convaincu du rôle central que joue le magasin, il le voit aujourd’hui comme indissociable d’outils digitaux afin de renseigner au mieux les consommateurs. Les visiteurs arrivent souvent sur place avec une idée bien précise du fait de l’omnicanalité de l’offre de la marque.

 

Le constat est donc clair. Il est nécessaire d’investir maintenant pour ne pas rater le coche et se faire distancer par ses concurrents. Une crise majeure comme celle que nous traversons a pour conséquence de donner un coup d’accélérateur aux tendances qui déjà émergeaient. Ce serait dommage de rater le train en marche. 😉

 

Un grand merci à David Soulard pour son temps et ses réponses à nos questions.

Partager